Les enfants sont en meilleure santé aujourd'hui qu'il y a dix ans

Les enfants sont en bien meilleure santé aujourd'hui. Image: Kurhan - fotolia

Cependant, le développement affecte principalement les enfants issus de familles socialement plus aisées
La santé des enfants d'âge scolaire de Hambourg s'est améliorée au cours des dix dernières années. C'est ce qui ressort d'un rapport actuel de l'Autorité pour la santé et la protection des consommateurs (BGV). En conséquence, l'obésité et les allergies ont diminué, et la participation aux visites médicales préventives et le nombre de vaccinations contre la rougeole ont augmenté de manière significative. Malgré tout, les chances de bonne santé et de prévention sont apparemment encore inégalement réparties. Parce que les enfants socialement défavorisés et les enfants issus de l'immigration montreraient plus souvent des signes de restrictions de santé.

Le rapport est basé sur plus de 26 000 examens d'entrée à l'école
Les enfants de Hambourg sont en meilleure santé lorsqu'ils commencent l'école qu'ils ne l'étaient il y a dix ans. C'est ce que montre le rapport sur la « Santé des enfants de Hambourg à l'âge scolaire » publié par l'Autorité pour la santé et la protection des consommateurs (BGV). Celui-ci est basé sur près de 26 300 examens d'entrée à l'école en 2013 et 2014 et décrit de nombreux aspects de la santé des enfants âgés de cinq ans et demi à six ans, tels que le poids corporel, la protection vaccinale et la participation aux bilans de santé de l'enfant. Il s'agissait de la deuxième étude de ce type à Hambourg ; la première a été publiée en 2007 et portait sur les années 2004 et 2005.

'

Les enfants sont en bien meilleure santé aujourd'hui. Image: Kurhan - fotolia

Moins de cas d'obésité et de maladies chroniques
Il a été constaté que la proportion d'enfants en surpoids ainsi que d'enfants souffrant de maladies chroniques a diminué. La participation aux examens préventifs et le taux de vaccination ont également augmenté. « D'une part, les résultats sont gratifiants et ils sont le résultat de nos activités de promotion de la santé des enfants. D'autre part, malheureusement, toutes les familles et tous les enfants de Hambourg ne bénéficient pas dans la même mesure des bons développements », a déclaré la sénatrice de la Santé Cornelia Prüfer-Storcks (SPD), selon un communiqué du BGV. Selon cela, les enfants socialement défavorisés, les enfants de parents isolés et les enfants issus de l'immigration présenteraient plus souvent des signes de mauvaise santé et seraient également plus souvent exposés à des risques pour la santé.

« C'est là que nous devons agir et les mettre encore plus au centre de nos efforts. Les résultats renforcent notre politique d'offre de chaînes de prévention pour les enfants et les familles dans les quartiers de la ville et de promotion de la santé dès le départ avec « une aide précoce », a souligné Cornelia Prüfer-Storcks. Selon le sénateur de la Santé, ces liens ne sont pas seulement reconnaissables à Hambourg, mais se sont également révélés dans des études nationales.

Les enfants monoparentaux sont plus susceptibles d'avoir des maux de tête
Dans le détail, le rapport montre, par exemple, que le bien-être général des enfants en 2013 et 2014 était globalement nettement meilleur qu'il y a dix ans. En conséquence, les chiffres pour les douleurs abdominales sont passés de 4,8% à 3,7%, pour les maux de tête de 2,7 à 1,9% et pour les troubles du sommeil de 2,2 à 1,4%. Cependant, les enfants de parents isolés étaient plus souvent touchés par ces plaintes ; dans le cas des maux de tête, par exemple, ils atteignaient un peu moins de 5 %.

Par rapport à 2004 et 2005, davantage d'enfants ont également participé aux examens de dépistage (U1 à U9). La différence est particulièrement sensible dans le U7, qui a été réalisé à 93 au lieu de 88 %. Selon le rapport, cependant, la documentation montrerait que les enfants issus de familles socialement défavorisées et les enfants issus de l'immigration utilisent moins l'offre de services.

Le taux de vaccination dans les « villages forestiers » est nettement inférieur
Il y avait aussi de nettes différences au sujet de la « vaccination ». Surtout en ce qui concerne la vaccination contre la rougeole, il est devenu évident que les chiffres diffèrent grandement selon les districts. Alors qu'à Ottensen, Rotherbaum et dans les « villages forestiers » comme Duvenstedt, seuls 82 à 88 pour cent des enfants de cinq à six ans ont été récemment vaccinés contre la rougeole, Rothenburgsort et Billstedt ont atteint 93 à 95 pour cent et Wilhelmsburg 95 à 100 pour cent .

Selon Cornelia Prüfer-Storcks, le niveau inférieur de protection vaccinale dans certaines parties de la ville représente un « phénomène de classe moyenne ». « Certains parents surestiment complètement les risques et les effets secondaires de la vaccination et sous-estiment grandement ce que cela signifierait si leur enfant était passer par la maladie », a déclaré le sénateur selon le Hamburger Abendblatt. "Nous devons continuer à souligner que la vaccination est le meilleur moyen de protéger les enfants contre les maladies."

Dans l'ensemble, selon le rapport, plus d'enfants étaient protégés contre des maladies telles que la diphtérie, l'hépatite B, la polio, la rougeole, les oreillons et la rubéole qu'il y a dix ans. Dans l'ensemble, les enfants issus de l'immigration ont montré une meilleure protection que les enfants sans origine migratoire - cependant, la protection vaccinale était à nouveau plus faible pour ceux qui ne sont pas nés en Allemagne.

Un enfant sur dix est encore trop gros
Alors que dix ans plus tôt, environ douze pour cent des enfants étaient classés en surpoids ou obèses, cette valeur est tombée à environ dix pour cent en 2013/2014. Selon le rapport, les enfants issus de l'immigration qui doivent être scolarisés sont particulièrement touchés par le surpoids et l'obésité. En outre, il est devenu évident que les enfants de parents à faible statut professionnel (environ 16 %) étaient significativement plus gros que leurs pairs issus de familles socialement plus aisées (4,6 %).

Il y a également eu une baisse des maladies chroniques. Chaque dixième des enfants inscrits à l'école à Hambourg a été touché ici - nettement moins qu'en 2004/2005. La maladie chronique la plus courante à l'âge scolaire est la névrodermite, mais là aussi, la proportion est passée de 9,1 à 6 % en dix ans. (Non)

Mots Clés:  Galerie Coque-Torse Symptômes